Chargement... Merci de patienter quelques secondes...

 

                                                                

NOUVEAU TESTAMENT

ORIGINES DU CHRISTIANISME

                             

 

 

 

 

 

L’origine du christianisme remonterait à 2.000 ans. Sommes nous sûrs que Jésus Christ ait bien existé et s’il a réellement existé, a t-il réellement fait et dit tout ce qu’on lui impute ?

 

Cette étude n’est pas une étude contre la ou les religions mais seulement quelques réponses aux questions que peuvent se poser les croyants et non-croyants toutes religions confondues. Nous sommes au XXIè siècle et les recherches faites font que de tout temps l’homme a cru en quelque chose ou en quelqu’un et cela depuis la nuit des temps et ce sera vrai pour le futur.

 

Dans cette modeste étude, le Nouveau Testament sera bien sûr privilégié mais il faudra tenir compte de l’Ancien Testament qui fera l’objet d’une autre étude. L’A.T. ne sera donc que survolé.

 

Il faudra noter que l’Ancien Testament ainsi que le Nouveau Testament ne sont en aucun cas des écrits historiques, il en va de même pour toutes les autres religions. Toutes ont été écrites des siècles après l’action présumée. La part de vérité se trouve dans des disciplines comme l’archéologie, la géologie, la traduction de textes anciens écrits par des historiens  plus ou moins influencés par leur époque ou tout simplement par des « romanciers ».  

 

Pour ceux et celles qui ont lu ou qui liront l’Ancien Testament, ils pourront être  étonnés par la longévité de tous les hommes issus d’Adam et Eve. D’après le Vatican, et ceci est nouveau, les âges donnés dans la Bible, près de 900 ans pour Noé par exemple, ne sont pas des durées de vie mais des générations. Aujourd’hui, le Vatican ne prend en compte la datation qu’à partir d’Abraham. Il est dit que tout ce qui précède Abraham fait partie de la préhistoire. On ne parle plus dans ce cas en centaines d’années mais en centaines de milliers d’années. L’Eglise actuelle serait-elle plus objective que nos savants ? Il faudra attendre le VIIè siècle de notre ère pour que la religion Islamique soit créée à partir d’Abraham (Ancien Testament) et les versets du Coran seront dictés à Mahomet pendant 30 ans par l’Archange Gabriel.

 

L’Ancien Testament ayant été écrit environ 600 ans av J.C. permet de faire une analyse plus cartésienne de son contenu. Il faut savoir aussi que l'Ancien Testament tel que nous le connaissons aujourd'hui a été rédigé sur plusieurs centaines d'années, par bon nombre "d'érudits" et en fonction de la conjoncture politique du moment où le rédacteur traduisait les anciens textes et les modifiait en fonction de son interprétation personnelle.   Le monothéisme par exemple ne viendra que beaucoup plus tard. Dans la première phrase de l’A.T. «au commencement Dieu créa le ciel et la terre »  le mot dieu en hébreu est écrit ELOHIM  mais c’est un pluriel. Il aurait donc fallu traduire : « au commencement les dieux créèrent le ciel et la terre ». Pour simplifier et imposer l’idée de dieu unique, les biblistes ont depuis traduit Elohim par : ANGES. Cette traduction va permettre de construire l’Histoire de la religion moderne. Les anges auront les pouvoirs divins et seront même le bras armé de Dieu.

 

On retrouve là, en réalité, une multitude de déités au service ou complémentaires du dirigeant principal qui a pour nom Yahvé.

 

Ce qui est intéressant, c’est de voir que la majorité des prophètes, qu’ils fassent partie de l’Ancien Testament ou du Nouveau Testament, sont des personnages provenant de toutes les classes sociales. Ils sont soit bergers soit pêcheurs soit paysans soit notables etc… Le désert fait aussi partie de leur révélation. Pratiquement tous doivent leur conversion à la religion avec « l’apparition » soit de Dieu soit d’un ange dans un désert. Le désert serait-il un lieu de prédilection pour les apparitions ? Après avoir lu et relu les différents textes je pense que le mot « désert » correspond plus à un état de méditation. La personne a fait le vide autour d’elle et pour imager cet état, le mot désert qui a été choisi est celui qui représente le mieux le vide que l’on a fait autour de soi.

 

Ce qui est inquiétant, c'est que l'on ne retrouve absolument pas en Egypte de traces de Moïse, rien, on ne parle pas de cet homme extraordinaire ni de son exode. Les pharaons, les scribes etc...ont-ils eu à cette époque une amnésie générale ou Moïse est-il tout simplement un mythe ? Selon l'Ancien Testament il aurait vécu sous la XVIIIè dynastie mais les égyptologues n'ont rien.

 

 

 

CE QUE L’ON SAIT PAR LES EVANGILES

 

 

 

 

On ne connaît Jésus que par les Évangiles dont le premier aurait été écrit par Lévy appelé Matthieu en l’an 85.

 

Il est difficile de dire que les Evangiles comme l’Ancien Testament sont le reflet exact de ce qui s’est réellement passé. En ce qui concerne le Nouveau Testament, les Evangiles n’ont pas été écrits du vivant de Jésus mais près d’un siècle après. Ce que nous lisons aujourd’hui, ce ne sont que des traductions de traductions (araméen, égyptien, copte, grec, latin) avec l’interprétation personnelle de chaque traducteur et selon le contexte politique de l’époque. Israël a été rattachée à l’Empire Romain en 63 av J.C. Certains mots n’avaient pas la même signification il y a 2.000 ans qu’aujourd’hui. Pour citer un exemple, le mot :MESSIE n’a pris son sens définitif, celui que nous connaissons aujourd’hui, qu’un siècle après la naissance de Jésus. A l’origine, le mot Messie signifiait : l’oint c’est à dire dûment consacré et béni par Dieu. Tous les rois d’Israël étaient considéré comme un Messie, terme appliqué à David et à ses successeurs. Jésus aurait donc bien été défini dès l’origine comme Roi d’Israël, Roi des Juifs. Dans l’Evangile de Luc (XXXIII, 3) Jésus ne renie pas cette paternité : Pilate l'interrogea, en ces termes : Es-tu le roi des Juifs? Jésus lui répondit : Tu le dis.

 

A l’époque de Jésus, la majorité du peuple juif est contre la colonisation romaine et contre la redevance de l’impôt à Rome. Quitte à payer un impôt, le peuple juif le paye sans discuter au Temple.

 

Depuis longtemps le peuple juif se rebelle contre l’envahisseur romain. Cela se traduit par des conflits armés sur tout le territoire et ces conflits sont dirigés par des chefs de guerre qui sont appelés « Messie ». Jésus aurait pu être un de ces chefs de guerre, il avait l’instruction et était de descendance royale (descendant direct de Salomon et de David, Evangiles de Matthieu et de Luc). Tout ceci en fait un roi, il le proclame lui même, et de ce fait, il est peut-être le chef de file de la révolte armée.  Dans Luc (XXIII,3), Jésus est accusé d’avoir incité le peuple à la révolte, refusé de payer son tribut à César et prétendu être le Roi. Il était exactement comme Vercingétorix, le chef attendu pour combattre les romains.

 

Je ne vais pas employer le nom de : Jésus de Nazareth car à l’époque de Jésus la ville de Nazareth n’existait pas encore. Jésus était Nazaréen ce qui ne veut pas dire de Nazareth comme la traduction en grec faite plus tard. De même, le nom de Jésus n’est pas un nom judaïque mais grec. Il devait s’appeler Yeshua ou Joshua que l’on retrouve dans la Bible.

 

Pour connaître la date de naissance de Jésus, il faut prendre comme point de repère Élisabeth car nous avons des informations sur son mari : Zacharie ou Zekaria descendant de Aaron et prêtre de la division d’Abiya et cela, grâce à saint Luc (1,5). En effet, Elysabeth étant trop avancée en âge, ne pouvait plus avoir d’enfant. L’ange Gabriel vint la visiter et lui annonça que par la volonté de Dieu, elle enfantera un fils qu’elle nommera Jean. Jean, dont le père est de descendance royale donc, Jean est aussi de descendance royale.

 

 

David avait divisé la prêtrise en 24 divisions et chaque division servait au Temple une semaine tous les six mois. La division d’Abiya était la 8è. Ceci est un indice majeur car selon Luc 1:23-24 Elysabeth est tombée enceinte dès la fin de la semaine de service de Zacharie au Temple. « Or, quand les jours de son service public furent accomplis, il s’en alla chez lui. Mais après ces jours, Elysabeth devint enceinte et elle vécut retirée pendant 5 mois ».

 

L’ange Gabriel informa Marie qu’elle allait être enceinte de Jésus dans le 6è mois d’Elysabeth ce qui fait que Marie accoucha 9 mois plus tard, soit 6 mois après Elysabeth. Nous sommes donc en Septembre ou Octobre mais en l’an 6 ou 7 avant notre ère.

 

Si Jésus a bien existé, il est né sous le règne de Auguste (27 avant JC -  14 après JC) et décédé sous le règne de Tibère (14 à 37) et au tout début de la nomination de Ponce Pilate au poste de procurateur de Judée Palestine (26 à 36). On pense que Jésus a été crucifié dans la deuxième année de l’arrivée de Ponce Pilate. Jésus serait donc mort à l’âge de 33 ou 34 ans et peut-être plus.

 

Nous sommes à une époque où les grecs et les romains savent lire et écrire, l’administration est partout et consigne tout.

 

Ce qui est étrange, c’est qu’aucun écrit officiel ou non de l’époque ne relate les faits extraordinaires de cet homme. La minutie de l’administration romaine nous relate dans le détail les agissements, les jugements et leurs applications de petits bandits mais rien sur un homme qui ressuscite les morts, redonne la vue aux aveugles, fait marcher des paralytiques etc.… Ce que l’on sait, c’est qu’un Jésus a été jugé pour s’être proclamé, selon les versions, soit roi des juifs, soit fils de dieu. Dans les deux cas, cela indispose les grands prêtres juifs, les anciens, les scribes et le Sanhédrin (conseil suprême) qui le livrent à la justice romaine. Cette justice sera rendue par Ponce Pilate qui décidera sous la pression du peuple à crucifier Jésus en lieu et place de Barabbas. (version officielle des Evangiles)

 

D’après les Evangiles, Joseph  ‘père’ de Jésus  était charpentier et Marie, sa mère, comme toutes les femmes de l’époque s’occupaient de la maison et des enfants. Ils n’étaient pas de la classe des  notables avec une fortune bien assise mais une famille toute simple que l’on qualifierait aujourd’hui de classe ouvrière. Dans la réalité, Jésus est issu d’une famille aisée et reçois une instruction assez poussée. Pour preuve, tous les textes disent que c’était un homme instruit et ceci est assez peu courant à une époque où l’analphabétisme prévalait.

 

Selon les Évangiles, Jésus serait né à Bethlehem en Judée (Matthieu ch. 2-1) sous le règne d’Hérode. Je pense que ce serait en l’an -7 à l’époque où le roi Hérode était encore vivant. Toujours selon Matthieu, Joseph et Marie auraient emmené Jésus en Égypte sur les conseils d’un ange du Seigneur pour échapper au Roi Hérode (Matthieu ch. 2-13). Il n’y a que Matthieu pour parler de la fuite vers l’Égypte. Luc dit : (ch. 2-22) «  Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la Loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur » . Dans cet Évangile, il n’est pas question de fuite. Dans les Évangiles selon Marc et Jean, l’histoire de Jésus commence avec son baptême dans le Jourdain. Ce baptême est tout simplement la transmission des pouvoirs à Jésus de lignée royale par son cousin lui aussi de lignée royale. 

 

Il faut quand même préciser qu’aucun des quatre Évangélistes n’est contemporain de Jésus.

 

Si on décide de se pencher sur la vie de Jésus, il faut obligatoirement regarder et analyser de près les quatre Évangiles. A quelle date ont-ils été écrits, qui a copié qui, quel était le contexte de l’époque où ils ont été rédigés.

On attribue généralement le premier Évangile à Matthieu mais se serait Marc qui serait le premier à l’avoir écrit avant l‘an 70. Matthieu (80), Luc (80-85) et Jean (90) se seraient inspirés de Marc. 

 

Si beaucoup de passages des 4 Évangiles sont identiques, les Évangiles sont très différents.

 

A l’époque où les Evangiles ont été rédigés, le Christianisme était déjà bien en place et les « Apôtres » ainsi que leurs élèves de l’époque de Jean et de Jésus avaient fait pas mal de chemin non seulement autour de la Méditerranée mais aussi en Orient. Du Judaïsme pur et dur nous irons progressivement au Judéo-christianisme pour finir avec le Christianisme.

 

 L’Evangile  de Matthieu paraît s'adresser avant tout aux juifs et aux savants du Temple, pour leur démontrer à l'aide des Écritures, l'Ancien Testament, que Jésus-Christ est réellement le Fils de Dieu  avec nous depuis le début, le fils de David, l'héritier de tous les rois d'Israël et le Messie qu'ils espéraient. Matthieu commence son Évangile par la généalogie de Jésus en prenant pour origine Abraham. Pour Matthieu, Jésus est la continuité de l’Ancien Testament où il est écrit qu’un Messie viendra sur terre pour sauver les hommes (Esaïe  11.1 à 11.12). Matthieu occultera l’adolescence de Jésus. Son récit sur Jésus s’arrêtera à son retour d’Égypte à l’âge probable de 2 ans maximum pour reprendre sur les bords du Jourdain avec la rencontre de Jean Baptiste où il a une trentaine d’années. Que s’est-il passé pendant ces 30 années ?

 

L’Évangile de Marc serait le plus ancien (avant 70) et celui qui aurait été le modèle à suivre. Il commence son Évangile en prenant référence à l’Ancien Testament en citant Esaïe chapitre 1.2, 3

 

« Selon ce qui est écrit dans Ésaïe, le prophète: Voici, j'envoie devant toi mon messager, Qui préparera ton chemin;  C'est la voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers«.

 

Il ne parle pas de l’Annonciation ni de la naissance de Jésus ni de son enfance. Son récit débute sur les rives du Jourdain avec Jean Baptiste.

 

L’Évangile de Luc écrit vers l’an 80 commence avec des citations de l’Ancien Testament. Il parle longuement de l’Annonciation avec l’ange Gabriel axée sur la naissance de Jean. C’est par cet Évangile qu’il est possible de dater la naissance de Jésus car Luc nous fait un descriptif très précis sur l’activité de Zacharie, la grossesse de sa femme Elysabeth, l’Annonciation à Marie ainsi que du temps séparant les deux grossesses.

Esaïe est aussi cité pour ses prophéties.

 

A aucun moment il ne parlera de fuite vers l’Égypte à la naissance de Jésus au contraire, d’après Luc, Joseph, Marie et Jésus seraient allés de Bethlehem en Judée à Nazareth en Galilée pour ensuite rejoindre Jérusalem.

 

 Luc : chapitre 2 «  21 Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu'avait indiqué l'ange avant qu'il fût conçu dans le sein de sa mère. 22 Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, - 23 suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur: Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur, - 24 et pour offrir en sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur «.

 

Lors du chapitre 2, Luc nous décrit juste un passage de l’enfance de Jésus alors âgé de 12 ans. Il reprendra son récit avec la rencontre de Jean Baptiste avec Jésus. Luc fera aussi référence à l’Ancien Testament en citant Esaïe.

 

Luc : chapitre 2. 40 à 49 « Or, l'enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. 41 Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. 42 Lorsqu'il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. 43 Puis, quand les jours furent écoulés, et qu'ils s'en retournèrent, l'enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s'en aperçurent pas. 44 Croyant qu'il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. 45 Mais, ne l'ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. 46 Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. 47 Tous ceux qui l'entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. 48 Quand ses parents le virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit: Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. 49 Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père? »

 

L’Évangile de Jean est le plus récent, vers l’an 90. Jean met en avant Jean Baptiste, celui qui prépare l’arrivée de Jésus.

Jean reste dans la lignée de l’Ancien Testament en citant lui aussi Esaïe. Notons que c’est Jean qui parle de « miracle ». Les autres évangélistes n’emploient pas ce mot. Le mot : miracle, restera dans la Chrétienté moderne.

 

Je me pose une question après la lecture des Évangiles : le judaïsme a-t-il préparé le christianisme ou ce dernier est-il arrivé à une époque où la croyance déclinait ?

 

Avant Jésus et pendant Jésus, le Judaïsme était la religion pratiquée à l’est du bassin méditerranéen jusqu’aux portes de l’Orient. La religion judaïque était observée de différentes façons c’est à dire de la façon la plus tolérante à la façon la plus intégriste. Je pense que l’intégrisme juif a favorisé la montée du courant Judéo-chrétien pour devenir mouvement chrétien à part entière après le concile de Jérusalem en 49 et la destruction de Jérusalem en 70.

 

Que connaît-on de Jésus? Sa naissance, ensuite un petit passage où il a 12 ans et on le retrouve à l’âge de 30 ans jusqu’à sa mort entre 33 ans et 34 ans et peut-être plus. En réalité, on ne connaît que 4 à 5 ans de sa vie.

 

Comme il est écrit dans les Évangiles, La famille de Jésus est de confession Juive comme lui. Ses parents vont au temple, le font circoncire, respectent la Loi juive, la Loi de Moïse.

 

Jésus, quand à lui, est élevé je pense, dans la religion, il va au temple où il est instruit par les Savants, les gardiens de la Loi. Cela, il le fera comme il est dit plus haut jusqu’à sa trentième année. Il restera jusqu’à son dernier souffle de confession juive. Il faudra attendre Paul pour la construction du Christianisme que l’on appellera le Christianisme Paulinien, celui que nous connaissons aujourd’hui.

 

                    Ci- dessous, le voyage de Paul

 

                               

              Voyage de PAUL 

 

Ce qui est incroyable, c'est que l'on veut nous faire croire que Jean et Jésus sont les précurseurs du Christianisme. Il est évident qu'à la lecture de toutes les compilations il ressort qu'ils en sont la base. Loin de moi, de détourner les croyances de chacun mais c'est toujours mon côté cartésien qui ressort. Il suffit de quelques exemples pour le confirmer. Le Christianisme, le Judaïsme, le Coran etc... sont issus de la religion Osirienne. Voyons la coiffure Papale, c'est tout simplement la couronne des deux terres de Pharaon

 

 

Le faste qui accompagne le Pape est typiquement pharaonique avec les Suisses brandissant en arrière les plumes d'autruche.

 

                        PHARAON

 

Nous avons ci-dessus l'exemple frappant.

 

Par ailleurs, il n'y a aucune coïncidence dans le fait qu'il y ait traditionnellement 12 patriarches comme 12 disciples, 12 étant le nombre classique des maisons astrologiques, ou mois. En effet, comme les 12 travaux d'Hercule et les 12 "compagnons" d'Horus, les 12 disciples de Jésus sont symboliques des maisons du zodiaque et ne correspondent à aucune figure réelle qui aurait joué un rôle vers 30 après J.C. Chacun des disciples pourrait correspondre à une divinité, à un héros mythique ou à une des 12 tribus d'Israël. Pierre est aisément identifié comme étant une figure mythologique alors qu'on a pu soutenir que Judas représentait le Scorpion, l'animal malfaisant, la période de l'année où les rayons du soleil s'affaiblissent et où le soleil lui même semble mourir.

 

En outre, puisque Horus était appelé le "KRST" des siècles avant la désignation judéo-chrétienne correspondante, on peut inférer sans le moindre doute que le mythe de Jésus constituerait une simple répétition de celui d'Horus. Selon le Révérend Taylor, le titre de Christ sous sa forme hébraïque, l'Oint, était détenu de tous les rois d'Israël, et à ce point "généralement emprunté par tous les imposteurs, prestidigitateurs, et par ceux qui se prévalaient d'une transmission supranaturelle, que la mention qui en est faite dans les chants sacrés peut elle-même être regardée comme l'indication d'une imposture. Hotema précise que le nom de Jésus Christ n'était pas encore officiellement adopté de l'église sous cette forme jusqu'au premier Concile de Nicée, en 325 après J.C. - Cf. l'Introduction au livre  égyptien des morts par Massey, p. 9.-  Et l'aspect barbu et chevelu du Dieu Sérapis a été repris pour dépeindre la figure du Christ.

 

                              serapis

 

Christiane Desroches Noblecourt, (conservateur général honoraire au Département des Antiquités Egyptiennes du musée du Louvre) nous en donne un bel exemple dans son livre : LE FABULEUX HERITAGE DE L'EGYPTE, pages 299 à 301.

"On sait que pour redonner la vie à tout être qui a subi une transformation, il convenait, dans l'antique Egypte, d'accomplir sur son image la cérémonie de : l'ouverture de la bouche et des yeux. Le prêtre officiait devant la momie avant son grand voyage, de même qu'il réanimait ainsi les statues qui venaient d'être achevées. Ne sommes nous pas étonnés de constater qu'aux instants où le Souverain Pontife est désigné à cette charge suprême, on procède sur celui qui vient d'atteindre cette sublime élévation, à l'ouverture de la bouche et des yeux. "

 

Les histoires de Jésus et de Horus sont très semblables, le mythe d'Horus ayant contribué de surcroit à la désignation de Jésus comme le Christ. Les légendes autour d'Horus sont vieilles de plusieurs milliers d'années, il partage les traits suivants avec Jésus : Horus naquit d'une vierge un 25 Décembre. Il eut 12 compagnons ou disciples. Il fut mis au tombeau et ressussita. Il était désigné comme la voie, la lumière, la vérité, le Messie, le fils oint de Dieu, le bon berger. Il faisait des miracles, et éleva un homme, El-Azar-us d'entre les morts (celà rappelle Lazare ressussité par Jésus). L'épithète personnelle d'Horus était : IUSA, le fils jamais procréé de Ptah, le Père. Horus était encore désigné comme "le KRST" ou "oint", longtemps avant que les Chrétiens n'en aient reproduit l'appellation - Le Livre égyptien des morts, par Massey, pp 13 et 64 -

 

Matériellement, à Rome, dans les catacombes, on peut encore contempler des images d'Horus-enfant porté par sa mère Isis, sa mère vierge, la "Madone et l'enfant" originels. La légende d'Osiris est multiforme. Ce Dieu défunt est le souverain-juge qui préside le tribunal au jugement dernier (scène de la pesée de l'âme ou psycho stase), Thot sert de médiateur. En bien des points, la religion égyptienne a inspiré les religions juives et chrétienne, de la Génèse à l'Apocalypse. On y trouve des concepts analogues, la même morale, la confession, le rituel de purification par ablutions et celui du pain et du vin consacré....issu du courant ésotérique osirien, le christianisme vulgarisé et figé en dogmes a perdu toute sa vitalité. -Livre des morts des anciens égyptiens, Kolpaktchy, ed. Omnium Littéraire-.

 

                                        HAUT DE PAGE

 

 


 
 
  Créez un site ou une boutique en ligne facilement et gratuitement